La Police de Sécurité du Quotidien : une révolution pour les policiers, la sécurité pour les Français

La police de sécurité du quotidien était une promesse clé du candidat Emmanuel Macron : c’est aujourd’hui une promesse tenue.

Gérard Collomb, Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur vient de dévoiler la carte des 30 premiers quartiers sélectionnés pour accueillir une Police de Sécurité du Quotidien. A Nîmes, le dispositif sera déployé dans les quartiers de Pissevin et de Valdegour dès le mois de janvier 2019.

« La police de sécurité du quotidien a une vocation profonde: construire dans notre pays une société rassemblée et apaisée. […] et c’est en partant de la base qu’il faut mettre en place cette nouvelle politique »

Gérard Collomb, La Rochelle, le 8 février 2018

Cette annonce constitue une excellente nouvelle pour les habitants de ces deux quartiers particulièrement concernés par les phénomènes de délinquance et de criminalité. Elle permettra de rétablir le lien entre la population et les forces l’ordre, qui s’était considérablement distendu après la suppression de la police de proximité par la droite en 2003.

Je me réjouis cette inscription pour laquelle j’avais personnellement œuvré en attirant l’attention des services de l’Etat et de Gérard Collomb. J’avais souhaité faire de Nîmes un lieu d’expérimentation de ce dispositif innovant et avais saisi le Ministre en ce sens.

Une large consultation pour des remontées de terrain

Au cours de la phase d’élaboration, une large consultation a été menée auprès des acteurs de terrain de manière à bâtir un dispositif capable de répondre à la diversité des situations de nos territoires.

Des moyens supplémentaires pour nos forces de l’ordre

Puisqu’il n’y a pas de projet sans moyen, ni de respect sans crédits, le Ministre a annoncé que des sommes supplémentaires seraient allouées pour mieux équiper nos policiers (150 M€ par an pour la police, 143 M€ pour la Gendarmerie) et rénover leurs locaux  (196M€ par an pour la police, 101M€ pour la Gendarmerie). En outre, 115 000 tablettes numériques seront fournies à nos forces de l’ordre afin d’effectuer des contrôles d’identité plus courts, d’éditer des procès verbaux électroniques.

Cette reconquête républicaine est une chance pour notre ville, pour les habitants de Pissevin et Valdegour ainsi que pour les forces de l’ordre qui œuvrent au quotidien pour la sécurité de nos concitoyens.