« Je crois fermement à l’Europe… »

… Cette phrase, Emmanuel Macron, candidat puis président ne cesse de la répéter et, mieux, de la traduire en actes, accompagné en cela par la majorité parlementaire.

Ainsi, ce 7 décembre la Commission des Affaires Européennes dont je suis membre à l’Assemblée nationale, a adopté le rapport d’information sur l’organisation des Conventions Démocratiques de Refondation de l’Europe de Valérie Gomez-Bassac, Députée du Var et rapporteure des Conventions Démocratiques Européennes .

Présentant ses travaux, notre collègue a relayé une préoccupation que nous partageons tous : « L’Europe est notre destin commun ! Il nous faut la transformer en une Europe du quotidien ; mais pour cela nous devons partir des propositions, ressentis, mais aussi critiques, de tous les citoyens. Les Conventions doivent permettre à chacun d’entre nous de s’emparer de l’avenir de l’Europe. »

Le rapport préconise notamment l’implication des députés en tant que ressources et acteurs dans les débats citoyens et événements labellisés.

Parce que les enjeux sont importants et doivent émerger en tant que tels sans interférer avec les contraintes nationales (constitution reportée du gouvernement allemand, élections hongroises e italiennes début 2018), il a été proposé d’initier le processus des conventions démocratiques  le 9 mai 2018, jour de la fête de l’Europe, pour aboutir au terme des débats en octobre 2018.

Je me réjouis par avance de cette nouvelle initiative qui témoigne d’une profonde volonté de transformation dans un travail toujours plus collaboratif, appuyé sur l’expérience de terrain et les attentes de nos concitoyens.