La députée Françoise Dumas intègre le 4ème Régiment de matériel

Retrouvez l’article d’ObjectifGard sur ma remise d’insigne Réserve Citoyenne par le 4ème Régiment du matériel de Nîmes le 9 juin dernier.

Capture d’écran 2016-06-13 à 10.09.06

La députée nîmoise a intégré le 4ème 4 R.Mat au titre de colonel réserviste. À l’heure où la menace terroriste est prégnante, la socialiste aura la mission de défendre les intérêts de l’armée. Des armes différentes pour un même combat.   

Droite comme un « i » et tirée à quatre épingles, le moment est solennel pour Françoise Dumas. Dans la cour du 4ème R.MAT, alors que le soleil livre ses derniers rayons, la députée s’apprête à entrer « dans la famille » de l’armée de terre. Face à elle, le colonel Jean-Hervé L’Hénaff. Le commandant du régiment expose religieusement les modalités de la réserve citoyenne (fonction bénévole ; article R. 4241-3 du code de la défense).

Une ambassadrice pour l’armée 

Savourant la métaphore, il estime qu’il s’agit ici d’une « affaire à double détente » : « nous souhaitons d’abord que Françoise Dumas fasse comprendre à ses pairs de l’Assemblée nationale qui nous sommes. L’institution militaire existe pour accomplir la volonté du politique. Or, dans les faits, ces deux mondes ne se connaissent pas vraiment ». Les militaires vont également compter sur elle pour que le gouvernement « attribue plus de moyens » à l’institution, rompant ainsi avec les années de coupes sombres intégrées des les successifs Livres blancs.

À cette cause, la Nîmoise semble acquise. La députée qui siège dans la Commission d’enquête relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme rappelle : « Nous sommes en guerre et plus en temps de paix. Nous devons donner les moyens à notre armée ». Des moyens pour permettre la réussite des opérations extérieures (Barkhane, Sangaris…) mais également intérieures (Sentinelle).

Tout aussi ému et fier, c’est le commandant L’Hénaff qui a proposé à Françoise Dumas de devenir colonel de réserve. Une première pour le régiment. « Avec Françoise Dumas, le courant est passé, c’est le moins que l’on puisse dire. J’ai vu les yeux de la député, humides, lorsque j’ai évoqué les personnes engagées dans les opérations extérieures », se souvient-il. La Nîmoise a tout de suite accepté la proposition : « ces actions permettent de créer des ponts entre la grande muette et le politique. Nous sommes portés par la même ambition, servir et défendre notre nation ». Servir sans subir, comme le stipule la devise du 4ème R.MAT…