Journée nationale du Souvenir Algérie-Maroc-Tunisie

Capture d’écran 2016-03-21 à 14.22.30Il y a cinquante-quatre ans aujourd’hui, le cessez-le-feu était proclamé en Algérie en application des accords d’Evian. Après huit années d’une guerre douloureuse, les peuples français et algérien allaient chacun s’engager dans un nouvel avenir, dans de nouvelles frontières, dans de nouveaux rapports de part et d’autre de la Méditerranée.

Le 6 décembre 2012, le Président François Hollande a promulgué la loi qui proclame le 19 mars « journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc ».

A cette occasion j’ai assisté à la cérémonie au monument aux morts de Nîmes où j’ai rendu hommage aux victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.

Le 19 mars est une date de l’Histoire, elle marque l’aboutissement d’un processus long et difficile de négociations pour sortir d’une guerre de décolonisation qui fut aussi une guerre civile. La signature des accords d’Evian fut une promesse de paix mais elle portait aussi en elle, et nous en sommes tous conscients, les violences et les drames des mois qui ont suivi.

C’est vrai que jamais aucune date ne pourra résumer à elle seule la variété de ces situations. C’est pourquoi la France en a officiellement dédié trois au souvenir de cette période : le 19 mars, le 25 septembre et le 5 décembre.

Capture d’écran 2016-03-21 à 14.22.44

Cette mémoire, elle vit aussi dans des lieux. A Marseille qui était le port de départ des appelés du contingent pour l’Algérie, le port d’arrivée des rapatriés à partir de 1962. Le souvenir vit aussi dans des centaines de villes de France dont les habitants ont en partage l’Algérie. La mémoire vit aussi à travers des monuments qui ont été édifiés : à Sète où a été bâti le mémorial en hommage aux Héraultais morts pour la France dans des combats d’Afrique du Nord et dans la guerre d’Algérie ; à Montredon-Labessonnié dans le Tarn qui accueille un mémorial aux victimes d’Afrique du Nord morts pour la France construit symboliquement avec des pierres venues de tous les départements.

Cette mémoire vit enfin à travers tous les enfants de ces millions de Français dont les racines étaient en Algérie mais aussi au Maroc, en Tunisie et qui apportent aujourd’hui cet héritage dans le creuset national.

Entre la France et l’Algérie, il y a une amitié et je suis heureuse de la vitalité des relations entre nos deux pays dans le domaine économique, scientifique et politique. Nous savons le rôle que joue l’Algérie dans la région et nous n’oublions pas la force des liens qui nous unissent également avec le Maroc et avec la Tunisie. La Tunisie, ce pays si durement touché par le terrorisme, le terrorisme qui menace d’ailleurs toute la région comme il nous menace et c’est pourquoi nous devons aussi, en ce moment même, partager là encore, les valeurs qui sont les nôtres pour nous défendre communément et lutter partout contre le terrorisme.

Capture d’écran 2016-03-21 à 14.23.01

En décidant de faire du 19 mars la Journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc, le Parlement a voulu que toutes ces mémoires soient évoquées et que toutes les victimes soient honorées. Les victimes françaises et les victimes algériennes, les victimes civiles et les victimes militaires, les victimes d’avant le 19 mars et les victimes qui sont mortes après le 19 mars et puis aussi tous ceux qui ont survécu et qui portent encore douloureusement le souvenir de cette guerre et de ses combats.

C’est ce message d’unité et de paix, de rassemblement aussi que nous attendons, aujourd’hui!

Vive la République et vive la France!