La disparition de Hubert YONNET

DR La Dépêche
DR La Dépêche

Avec la disparition de Hubert YONNET, Arles mais aussi Nîmes et le monde taurin, viennent de perdre une de leurs figures emblématiques.

Président de la Confrérie des gardians, éleveur de taureaux de combat et directeur des arènes d’Arles pendant de nombreuses années, il incarnait la Camargue.

La forte personnalité de cet homme bon et généreux, lui avait permis de perpétuer l’héritage humain et naturel de son pays et de s’en faire l’ambassadeur. Sa plus belle reconnaissance avait été d’être le premier éleveur de taureaux de combat français à fournir une corrida madrilène, en 1991.

J’adresse à sa famille et ses proches mes plus sincères condoléances tout en étant convaincue que ses combats pour nos traditions demeureront grâce à son impulsion initiale.                                                                                                  

                                                                                                                       Françoise DUMAS