Le dérapage du Sénateur-Maire de Nîmes

FRANCOISE DUMAS A L'ASSEMBLEE NATIONALE

En ouverture du Conseil municipal de ce jour, le Sénateur-Maire de Nîmes a commis un dérapage verbal totalement inadmissible.

Alors que j’exprimais mes remerciements aux employés municipaux qui, cet été, travaillent d’arrache-pied pour mettre en œuvre la réforme des rythmes scolaires à la rentrée, après le retard pris à cause des décisions contradictoires de la municipalité, Jean-Paul FOURNIER m’a coupé la parole et traité Madame le Recteur d’Académie de, je cite, « malade mentale ».

Ces paroles insultantes constituent un outrage à une personnalité qui est au service de la République.

Cette insulte est d’autant plus grave, qu’elle émane d’un maire parlementaire qui est censé incarner et respecter les valeurs des institutions républicaines.

La période électorale étant passée, le Sénateur-Maire fait preuve, à nouveau, d’agressivité et d’un total manque d’écoute.

Alors que nos concitoyens attendent de leurs élus la plus grande exemplarité, la parlementaire et la conseillère municipale que je suis condamne très fermement ce dérapage à l’encontre de ceux qui servant l’Education nationale, sont au service de l’ensemble des citoyens de notre République.