Politique de la Ville : changer de méthode

poldelaville-750px
Ce mardi soir, j’ai assisté à la réunion de présentation concernant les nouvelles méthodologies de la géographie urbaine présidée par M François Lamy, Ministre délégué de l’Egalité des Territoires et du Logement, chargé de la Ville.
Cette réunion de présentation proposait une nouvelle méthodologie de géographie urbaine afin d’être plus équitable et plus égalitaire envers les quartiers et les agglomérations qui cumulent les concentrations de pauvreté.
Peu de réformes ont été engagées et cela, depuis des années, la proposition de cette nouvelle méthodologie se faisait urgente. Avec l’augmentation de la population et une baisse majoritaire des revenus, certains quartiers cumulent les difficultés liées à la pauvreté. Dans un souci d’une vie agréable et égalitaire dans nos villes, assister à cette réunion était une évidence.
L’application de cette méthodologie est à ce jour au stade de simulation. Une liste provisoire des villes sélectionnées pour la mise en place du processus nous sera donnée d’ici la fin de l’été.
Le premier objectif de cette nouvelle méthodologie est une volonté de simplification de la Politique de la Ville. Aux vues des anciennes politiques de la ville, qui s’entrecoupaient, se juxtaposaient, aucun travail de rationalisation n’avait été entrepris. Jusqu’à présent, les politiques de la ville étaient le résultat d’accumulation et de fusion avec les politiques antérieures. De plus, les indicateurs de pauvreté, nombreux, se superposaient dans des zones de précarité ce qui rendait difficile la lecture de la carte et donc la prise en main du quartier ou de l’agglomération.
Cette nouvelle méthodologie propose une schématisation des critères en les limitant aux bas revenus et en appliquant le principe de carroyage. Le principe du carroyage consiste à poser une grille théorique sous forme d’un «  amas de carreaux  » sur l’agglomération, afin de voir plus précisément les espaces en difficulté.
En cela, la réforme permet de mettre plus en avant la réalité du pays puisqu’elle permet de voir plus en détails les concentrations de pauvreté et détecter celles qui, en raison de la situation géographique de l’étendue, n’auraient pas été étudiées.
Il y aura en premier lieu, un constat général sur l’efficacité des politiques de la ville afin de mettre en avant ses points positifs et négatifs  ; car même si la réforme est nécessaire, les politiques de la ville n’ont pas échoué partout.