Françoise Dumas aux côtés de François Lamy, ministre délégué à la Ville, en visite dans le quartier de Pissevin

L1050656 L1050655 L1050648 L1050640 L1050626 L1050602 L1050614 L1050635 L1050652 L1050665 L1050672Ce vendredi 1er mars, en matinée, Françoise Dumas, députée du Gard, a accompagné François Lamy, ministre délégué à la Ville, lors de son déplacement à Nîmes, où il était venu présenter les principales dispositions adoptées lors du Conseil interministériel des villes, convoqué il y a quelques jours de cela à l’initiative du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. François Lamy qui a confessé un « réel coup de coeur » pour le Gard en général, la ville de Nîmes en particulier, a visité le quartier de Pissevin avec deux étapes au programme : l’école élémentaire Henri-Wallon et le collège Condorcet.

A cette occasion, il n’a pas fait mystère de son intention : classer le quartier de Pissevin parmi les 100 quartiers prioritaires qui, au niveau national, bénéficieront, dès 2014, du programme ANRU (Agence nationale de rénovation urbaine) de seconde génération. Cette décision sera officiellement confirmée en juin prochain. A la clé, un investissement de plusieurs dizaines de millions d’euros.  » Nous devons agir ensemble. Les crédits alloués par l’Etat doivent avoir un effet de levier pour accompagner les politiques publiques mises en oeuvre. Il faut que chaque collectivité en fasse plus ! Que chaque administration (s)’investisse pour élaborer une stratégie d’ensemble. Il faut arrêter de saupoudrer et reconcentrer tous les moyens vers les quartiers qui en ont le plus besoin. Nous devons mettre le paquet pour remettre à niveau les quartiers qui concentrent, hélas, le plus de pauvreté », a t-il commenté. Avant de s’engager à associer largement les associations et habitants aux nouveaux contrats de ville : « Ils doivent y tenir une place toute privilégiée. C’est un gage de réussite ».

A la faveur de cette visite, le ministre a rappelé que la politique de la ville souffrait d’un empilement de dispositifs qui a besoin d’être clarifié, afin d’être vraiment utile. Il s’agit de rationaliser les moyens, améliorer la coordination des partenaires, l’objectif étant de mieux utiliser les moyens pour casser les ghettos, combattre le sentiment d’abandon. Ainsi, il s’agit de : 

  • passer de 2500 à 1000 zones urbaines sensibles pour concentrer les moyens;

  resserrer l’ANRU 2 sur 150 à 200 quartiers au lieu de 600;      d’attribuer 30% des emplois d’avenir aux ZUS; d’affecter les nouveaux enseignants en ZUS; de scolariser les enfants de moins de trois ans; de développer de nouveaux contrats de villes signés par Etat, élus et recteurs, CAF, Pôle Emploi, d’expérimenter les emplois francs permettant une subvention de 5000 euros pour toute embauche en CDI, d’un jeune issu des quartiers.

La députée Françoise Dumas veillera à la mise en œuvre de ces différents dispositifs au service des Nîmois vivant à Pissevin.